Fiche bibliographique

Girieud Pierre - "L'Etat doit-il exercer son influence sur l'art? - réponse à une enquête du Jour Echo"
Le Jour---

-Paris
30 janvier 1941 p.2
Contenu sur Girieud
L'Etat exerce toujours son influence sur l'Art; cetteinfluence est bonne ou mauvaise selon que les répartiteurs des travaux sont plus ou moins bien avertis de ce que la peinture décorative, à la condition expresse que le ciel ait permis à des talents originaux de paraître sur la scène du monde à l'intant précis où un bon juge en la matière exerce le pouvoir dictatorial. Dans ces dernières années, l'Etat a tenté d'heureuses innovations, encourageant des artistes dont le talent n'a rien d'académique au sens péjoratif de ce mot. Nous sommes trop près de cet instant pour porter sur les résultats un jugement équitable. Afin que l'influence de l'Etat sur l'Art s'exerce de façon bienfaisante, il conviendrait, avant toute chose, de réformer radicalement un système d'éducation qui, datant de cent cinquante ans, n'a donné que trop de preuves de sa malfaisante organisation. Les Ecoles des Beaux Arts devraient calquer leur enseignement sur celui qui était donné, jadis, dans les ateliers, se bornant à apprendre aux élèves la technique de leur art, les maîtres prêchant d'exemple et associant les jeunes gens à leurs travaux, au lieu de professer un credo artistique, variant tous les trente ans selon la mode de la veille. Il faudrait ensuite séparer nettement les pouvoirs de l'Etat de ceux de "l'Institut". Celui-ci pourrait alors figurer comme Conservatoire "des belles manières", n'exerçant plus son action néfaste sur l'art en désignant, chaque année, les Prix de Rome dont pas un seul ne devint un grand peintre français, si l'on excepte Ingres, lauréat dans les premières années de la Révolution.